Nos praticiens en Ophtalmologie

Dr Matteo Magnani

Dr Matteo Magnani

OPHTALMOLOGIE
Ancien Assistant des Hôpitaux
Praticien Hospitalier
Diplôme Universitaire de Chirurgie Réfractive et de la Cataracte
Maladies des yeux - Chirurgie oculaire et réfractive
Conventionné Secteur II

 

Dr Sabrina Vismara

Dr Sabrine Vismara

OPHTALMOLOGIE

Ancien Assistant des Hôpitaux

Praticien Hospitalier

Attaché Fondation A. de Rothschild

 

Diplôme Inter-Universitaire Pathologie
et Chirurgie Orbito-Lacrymo-Palpébrale

 

Maladies des yeux - Chirurgie oculaire
et esthétique des paupières

Conventionné Secteur II

 

Nous contacter

Le cabinet médical
et paramédical

 

46, bd des Bouvets
92000 Nanterre

 

01 55 17 11 55
medical@santeladefense.fr

 

Ophtalmologie


L'ophtalmologie est la branche de la médecine chargée du traitement des maladies de l'œil et de ses annexes. C'est une spécialité médico-chirurgicale. Le médecin spécialisé pratiquant l'ophtalmologie s'appelle ophtalmologiste.



Ophtalmologie

Le Pôle Santé la Défense regroupe au sein d'un plateau ultramoderne, deux médecins, chirurgiens ophtalmologistes, anciens Internes et Assistants des Hôpitaux, disposant des technologies les plus récentes pour les examens et les soins de l'œil, pour le diagnostic et le suivi de la plupart des pathologies oculaires. Le domaine d'expertise du centre englobe la chirurgie réfractive, le bilan préopératoire complet de tous les défauts optiques (myopie, astigmatisme, hypermétropie, presbytie), la chirurgie de la cataracte ainsi que l'esthétique des paupières (injection de toxine botulique, de produits de comblement, blépharoplastie).  Les praticiens du centre exercent entre autre dans des Cliniques et Hôpitaux partenaires du plus haut niveau à Paris.

 

 

Le Bilan Ophtalmologique

Un examen ophtalmologique complet comprend l'interrogatoire du malade ainsi qu'un examen physique.

  • L'acuité visuelle est le terme qui désigne la mesure de l'angle de résolution minimum. L'acuité visuelle « normale » est chiffrée à 10/10 à chaque œil. Différentes échelles de test sont utilisées pour réaliser des mesures subjectives de l'acuité visuelle. Cette mesure s'effectue en pratique avec une étude de la vision de près et de la vision de loin, sans correction puis avec.
  • Examen du segment antérieur
    Il est effectué à l'aide d'une lampe à fente ou biomicroscope. Cet examen est indolore et non invasif et il permet d'étudier le segment antérieur et les annexes de l'œil. Il comporte parfois aussi un examen gonioscopique de l'angle irido-cornéen.
  • Mesure de la tension oculaire
    Cet examen est réalisé systématiquement. Il permet de dépister ou de suivre un glaucome (aigu ou chronique). La tension ou pression oculaire moyenne est habituellement comprise entre 9 et 21 mmHg, mais cette valeur doit être pondérée par celle de l'épaisseur de la cornée centrale (pachymétrie) ainsi que la résistance de la cornée (hystérèse).>
  • Examen du segment postérieur
    L'examen du fond de l'œil est réalisé après l'administration d'un collyre qui dilate la pupille (ou sans dilatation). L'ophtalmologiste peut ainsi visualiser de façon directe la rétine et ses composants : la papille (ou nerf optique), la macula (zone de la rétine responsable de la vision précise), les vaisseaux sanguins, la rétine périphérique, ainsi que le vitré.

La chirurgie réfractive

La chirurgie réfractive regroupe un ensemble de techniques visant à corriger ces défauts visuels et a pour but de diminuer la dépendance aux lunettes ou aux lentilles de contact.

Les techniques chirurgicales au laser visent à sculpter la cornée afin d'en modifier la puissance optique.

Les principales techniques sont la PKR et le LASIK :

  • La PKR (photo-kératectomie réfractive) :
    Elle consiste à remodeler la cornée en traitant directement la surface de l'œil au laser excimer, après avoir retiré sa couche superficielle (épithélium)
  • Le LASIK (LAser in SItu Keratomileusis) est aujourd'hui la technique de référence, la plus utilisée en chirurgie réfractive, et il comprend deux étapes : le premier temps est la découpe d'un capot cornéen au laser femtoseconde, le second temps est la sculpture de la cornée par le laser excimer.

Cette sculpture est réalisée au centre pour un myope afin d'aplatir la cornée, et en périphérie pour un hypermétrope/presbyte pour, à l'inverse, la rendre plus bombée.

La chirurgie de la cataracte

bloc

La cataracte est la première cause de cécité dans le monde et touche plus de 50% des personnes au delà de 75 ans.
La chirurgie de la cataracte est l'acte chirurgical le plus fréquemment pratiqué en France.

La cataracte est l'opacification partielle ou totale du cristallin, la loupe de l'œil. Cette lentille située à l'intérieur de l'œil s'opacifie avec l'âge et elle est responsable d'une baisse progressive de la vue, au début accompagnée de gêne à la lumière (photophobie), une baisse de la vision des contrastes et parfois même une vision double (diplopie). Cette baisse de la vision est en général très lente, bilatérale mais souvent asymétrique et évolue en plusieurs années mais elle peut parfois être rapide (quelques semaines) à cause d'un traumatisme ou associée à certaines pathologies comme le diabète.

Elle débute le plus souvent avec une baisse de la vision de loin, épargnant la vision de près et se manifeste avec une sensation de brouillard devant les yeux.

La prise en charge de la cataracte est uniquement chirurgicale, il s'agit de la « phacoémulsification ». L'intervention consiste à enlever le cristallin opaque, et le remplacer par un cristallin artificiel (implant intra-oculaire) qui prend place dans l'« enveloppe » du cristallin (appelée capsule) laissée partiellement en place pendant l'intervention (extraction extra-capsulaire). Cette intervention, très rapide, se fait classiquement sous anesthésie topique ou locale, en régime ambulatoire. L'intervention dure une dizaine de minutes, est indolore, et la vue revient très rapidement, sous réserve de la normalité des autres structures oculaires.

L'esthétique du regard

La toxine botulique :

Elle est utilisée en injections locales à faible dose pour provoquer des paralysies musculaires ciblées (muscles du front par exemple) afin d'atténuer temporairement les rides (pendant cinq à six mois).
A force de contracter certains muscles, des rides se forment. L'injection de toxine botulique permet de mettre au repos les muscles de la zone traitée. On réduit ainsi l'apparition des rides tout en gardant une expression très naturelle.
Les injections sont réservées à la partie haute du visage.

On traite :

  • les rides horizontales du front
  • les rides de la glabelle ou rides du lion situées dans la zone intersourcilière
  • les rides de la patte d'oie situées à l'angle externe des yeux.

Le produit est injecté par des micro-piqures quasi indolores sous la peau au niveau des muscles responsables de la ride, sans aucune anesthésie. Le traitement ne dure que quelques minutes. Les résultats ne sont pas immédiats. Après l'injection, les effets du traitement commencent à apparaître en 3 jours et sont maximum au 15ème jour. Si les muscles ne sont pas bloqués correctement, on peut faire une petite retouche au 15ème jour si nécessaire.
Les effets de la toxine durent 3 à 6 mois. Les injections doivent donc être répétées. 

Les injections de toxine botulique sont souvent associées aux injections d'acide hyaluronique. Les premières ont un effet tenseur (dans le sens où elles détendent le muscle) alors que les secondes ont un effet de comblement de rides et il est souvent utile d'utiliser les deux techniques pour traiter l'ensemble d'un visage.

La réfraction et sa correction

LA MYOPIE :

La myopie est le défaut réfractif le plus fréquent dans le monde. Dans cette pathologie, la vision est floue de loin car l'image se forme en avant de la rétine à cause d'une longueur du globe oculaire plus élevée que la norme ou d'une courbure cornéenne trop importante.
Il est possible de corriger la myopie par un verre ou une lentille de contact divergents ou par chirurgie réfractive (laser ou implant intra-oculaire).

L'HYPERMETROPIE :

L'hypermétropie est un trouble réfractif qui induit une vision floue particulièrement de près car l'image se forme en arrière de la rétine à cause d'une longueur du globe oculaire inférieure à la norme ou d'une courbure cornéenne trop faible.
Ce manque de puissance de l'œil hypermétrope peut être compensé par un effort d'accommodation.
L'hypermétropie peut être corrigée par un verre ou une lentille de contact convergents ou par chirurgie réfractive (laser ou implant intra-oculaire).

L'ASTIGMATISME :

L'astigmatisme est une amétropie qui induit une vision floue de loin comme de près. Celle-ci est liée à une déformation de la cornée (plus cambrée dans un axe horizontal, vertical ou oblique) ou du cristallin.
L'astigmatisme est fréquent et atteint plus du tiers des yeux.
Elle peut être corrigée par un verre ou une lentille de contact toriques ou par chirurgie réfractive (laser ou implant intra-oculaire).

LA PRESBYTIE :

La presbytie est un défaut de la vision de près qui apparaît après l'âge de 40 ans. Elle est induite par une diminution progressive de la capacité de l'œil à effectuer la mise au point en vision rapprochée.
La presbytie traduit une baisse du pouvoir d'accommodation de l'œil, liée à la réduction de l'élasticité du cristallin.
Elle peut être corrigée par un verre ou une lentille de contact progressifs ou par chirurgie réfractive (laser ou implant intra-oculaire).